Rapport du management

Finance

Amonis a clôturé l’année 2020 avec un rendement financier net de 1,75%. Ce rendement est calculé sur base de l’ensemble des investissements, et après déduction de tous les frais financiers (frais de transaction, frais de la banque dépositaire et divers services financiers). Le rendement net annuel moyen d’Amonis depuis 1995 s’élève à 6,51% et reste supérieure à celui de l’indice de référence composé. Retrouvez ici l’historique des rendements.

Structure des investissements

Amonis structure ses investissements en fonction des engagements repris au passif du bilan. Le but de cette stratégie est d’optimiser le rendement financier tenant compte de la structure future des cashflows du fonds. Les placements sont également segmentés en fonction de la durée des engagements.

Le portefeuille d’Amonis est scindé en 2 volets.
Le portefeuille « LDI » contient les Liability Driven Investments, c’est-à-dire les actifs qui ont pour but de couvrir au mieux et au moindre risque, d’une part, le futur cash-flow estimé résultant des engagements du passé capitalisés aux taux de 4,75% et 3,75% et, d’autre part, les engagements des dix années à venir capitalisés au taux de base variable (1,2% à partir du 01/01/2020). A l’heure actuelle, le LDI contient principalement des obligations d’Etats présentant un niveau de solvabilité élevé et du cash. Le volet LDI (+ cash) représentait 61% du portefeuille d’investissement au 31/12/2020.

Le portefeuille « Growth » est composé d’investissements qui correspondent aux engagements à long terme (cash-flow futur estimé à plus de dix ans) et a pour objectif un rendement financier optimal à long terme. Fin 2020, le portefeuille Growth représentait 39% des investissements. Amonis OFP investit une partie importante du portefeuille Growth dans des parts de sa propre sicav Amonis SA, sicav autogérée publique de droit belge. L’Asset Allocation Stratégique (AAS) définie par l’OFP détermine la répartition des actifs sur les différents compartiments de la sicav. Cette partie contient principalement des actions, mais aussi des obligations d’entreprises, des dettes d’Etat en euro et dettes des marchés émergents. A côté de la partie investie dans sa propre sicav, l’OFP détient également du cash, des actions d’infrastructures privées et listées, ainsi que des parts dans des stratégies d’investissement en alternatives liquides.

Historique de rendement des 2 portefeuilles
Rendement du
volet LDI
Rendement du
volet Growth
20141,24%12,82%
20150,28%9,13%
20163,95%3,31%
2017-0,01%9,74%
20180,10%-5,64%
20193,93%18,17%
20202,55%0,72%
Annualisé1,30%7,21%

Stratégie financière

La stratégie financière d’Amonis (importante surtout pour le portefeuille Growth) repose essentiellement sur une pondération adéquate des différentes classes d’actifs. Ceci en vue d’obtenir une diversification optimale du portefeuille sur les différents marchés mondiaux, en actifs les plus liquides et au moyen d’une gestion active. Dans une gestion active, les gestionnaires sélectionnent eux-mêmes les titres du portefeuille qui leur est confié.

Amonis définit une allocation stratégique des investissements (pondération à long terme sur les différents compartiments) sur base d’un rendement attendu, pondéré par le risque propre à chaque classe d’actifs. Cette allocation « passive » est utilisée comme benchmark pour comparer le rendement du portefeuille. Grâce à la gestion active, aux décisions du CA de dévier des pondérations à long terme (asset allocation tactique), ainsi qu’à l’utilisation d’une stratégie active de gestion du risque des devises, Amonis vise à améliorer son ratio rendement/risque par rapport au benchmark stratégique.

Le tableau ci-dessous montre cette comparaison depuis le début de la stratégie (ITD ou Inception To Date, c’est-à-dire depuis 1995). Le rendement ITD est supérieur au benchmark stratégique et associé à un niveau de risque (calculé par l’écart-type mesuré) presque pareil. Ceci donne un ratio rendement-risque de 0,57 pour Amonis OFP contre 0,56 pour le benchmark stratégique.

Rendement ITD
annualisé
Niveau de risque ITD annualisé
(mesuré par l’écart-type)
Amonis OFP6,51%11,34%
Benchmark de l’AAS6,18%11,06%
Allocation détaillée des actifs au 31/12/2020

Aspects sociaux, éthiques et environnementaux (ESG)

Amonis poursuit le développement de sa politique ESG démarrée en 2001. Après une analyse approfondie des possibilités sur le marché et des études sur les pratiques actuelles, nous avons défini et implémenté certains principes.
Amonis OFP et Amonis SA répondent à la même politique ESG. Au sein d’Amonis SA, la politique est implémentée au niveau des compartiments de la sicav dans lesquels Amonis OFP investit. Cette politique ESG est également appliquée aux portefeuilles non repris dans la sicav, c’est-à-dire le LDI et les alternatives liquides.
La politique ESG consiste en deux parties. Il y a d’abord des règles d’exclusions, définies par Amonis, dont les grandes lignes sont les suivantes.

  • Exclusion sur base du produit : actions et obligations d’entreprises de tabac ainsi que d’entreprises impliquées dans la production de mines antipersonnel, de bombes à fragmentation, d’armes à l’uranium appauvri et d’armes nucléaires.
  • Exclusion sur base du processus de production : entreprises qui causent des dégâts directs et irrémédiables à l’environnement, qui pratiquent des tests sur animaux dans la production de cosmétiques et les entreprises dont plus de 30% du chiffre d’affaires résulte de l’utilisation de combustibles fossiles.
  • Exclusion sur base de la bonne conduite ou du comportement : entreprises qui violent de façon répétée les principes du UN Global Compact.
  • Nous excluons également les obligations de gouvernements qui n’appliquent pas les conventions et pactes internationaux suivants : la convention sur l’interdiction des armes chimiques, le pacte de non-prolifération des armes nucléaires, les accords relatifs aux droits de l’homme et les huit conventions relatives aux normes internationales du travail.

Ensuite, compte tenu de ce cadre imposé par Amonis, les gestionnaires de portefeuille suivent et analysent les efforts réalisés par les entreprises présentes dans leur portefeuille en matière de politique ESG. Les gestionnaires peuvent également négocier une amélioration de ces efforts.
Certains critères pouvant être subjectifs, l’application de la politique ESG se fera en tout cas sur base du principe « best effort »., Amonis OFP s’est engagé depuis longtemps déjà sur la voie des placements durables. La problématique est toutefois complexe et la définition des investissements durables n’est pas toujours exhaustive. En dépit des efforts réalisés par le secteur financier, les données ESG disponibles ne sont pas encore standardisées. Cette matière évolue. Des démarches sont entreprises au niveau européen et se concrétisent, comme la création de la taxonomie européenne. Le sujet reste au centre de toutes nos attentions.

Politique de proxy voting

La majorité des investissements en actions (auxquels le proxy voting ou vote par procuration peut s’appliquer) sont gérés dans la sicav. En matière de proxy voting, la sicav adopte une politique de vote par exception. Cela signifie qu’Amonis n’exerce son droit de voter activement aux AG des entreprises dans lesquelles il investit que lorsqu’il s’agit de décisions exceptionnellement importantes (et non, par exemple, lorsqu’il s’agit de renommer la direction ou le reviseur).

Securities lending (ou prêt de titres)

Amonis n’a pas recours aux securities lending.

Utilisation d’instruments financiers dérivés

Amonis OFP détient des positions en instruments financiers dérivés. Nous distinguons les couvertures directes stratégiques ou continues en dérivés, les couvertures directes tactiques ou discontinues en dérivés, et les éventuelles expositions indirectes aux dérivés par le biais de placements sous-jacents.

Les positions directes stratégiques en dérivés

Les couvertures stratégiques en dérivés sont actuellement limitées à la couverture du risque de devises du portefeuille. Les engagements d’Amonis sont exprimés en euros tandis qu’une partie de ses valeurs de couverture est placée en titres qui ne sont pas valorisés en euros. Cette inadéquation donne lieu à un risque lié au cours des devises. Ce risque de change est géré de façon séparée par Amonis, et en deux parties distinctes : le risque de change des placements du portefeuille Growth et le risque de change des placements du portefeuille LDI.

Les gestionnaires JPMorgan Asset Management et Mesirow Financial gèrent le risque de change en tandem : chacun des deux gestionnaires gère 50% du risque de devises. Travailler avec plusieurs gestionnaires permet de répondre à un double objectif. D’une part, les méthodes de gestion sont diversifiées car chacun utilise une approche différente. D’autre part, ceci permet de comparer les performances des gestionnaires. La gestion du risque de change se fait au moyen de contrats de change à terme portant sur le cours des devises des différentes monnaies reprises dans le portefeuille.

Amonis OFP a opté pour une gestion active du risque de devises inhérent au portefeuille Growth. Par contre, les devises présentes dans le portefeuille LDI sont gérées de façon passive.

Amonis considère néanmoins la position en devises comme une classe d’actif spécifique qui peut, par une gestion active, contribuer à améliorer le rendement ou à réduire le risque (ou les deux). De ce point de vue, une couverture passive des devises dans le LDI n’a de sens que si les gestionnaires ont la possibilité d’exercer une gestion active de ce portefeuille LDI. En effet, ils peuvent lever la couverture passive au moyen de contrats en devises à terme inverses. Les pertes et profits de cette tactique sont réglés dans le portefeuille séparé de devises, lié au portefeuille Growth.

Les positions indirectes en dérivés

Une utilisation indirecte de divers dérivés financiers est possible par le biais des investissements en matières premières et placements alternatifs. Il s’agit alors de dérivés présents au niveau de fonds sous-jacents et non au niveau d’Amonis OFP (pas d’investissements directs en dérivés). La plupart des dérivés sont utilisés pour couvrir certaines positions. Lors d’investissements en matières premières, par exemple, les swaps permettent d’éviter le risque de livraison physique des matières premières achetées. Dans le cas des alternatives liquides, les dérivés (notamment les options et les swaps) sont utilisés pour maintenir et couvrir des positions spécifiques.

Gestion du risque

L’activité d’Amonis génère plusieurs types de risque :

  • les prestations de pension :
    • durant la période d’épargne pour la pension : le risque lié aux investissements (volatilité des placements) ;
    • après la prise de la pension : les rentes viagères (espérance de vie) ;
  • les prestations de solidarité (décès, invalidité et dépendance) ;
  • le revenu garanti (invalidité).

Provisions internes

Pour couvrir ces risques, Amonis constitue certaines provisions techniques (répondant à tous les engagements). Cette politique de mise en réserve est décrite dans le plan de financement. En complément, la législation prudentielle impose la constitution d’une marge de solvabilité légale.
Etant donné la structure des engagements d’Amonis (notamment les anciens engagements à 4,75% et 3,75%), le risque lié au rendement constitue le risque le plus élevé pour l’équilibre financier de l’institution. Nous accordons beaucoup d’importance à la maîtrise de ce risque et avons opté pour un double système. Une partie du risque de rendement est efficacement couverte par le portefeuille géré en LDI (Liability Driven Investments).

Réassurance

L’entièreté de la réassurance, qui consiste en deux contrats, est confiée à Scor Global Life.
Un contrat de réassurance quote-part couvre à 100% les risques de décès et de prise en charge de la cotisation de pension en cas d’invalidité supportés par le fonds de solidarité. Un deuxième contrat couvre 100% des risques couverts en revenu garanti.
La révision et le renouvellement des contrats, réalisés en 2019, ont été mis en œuvre en 2020.

Gestion des coûts

Le maintien d’une saine politique de gestion des coûts nous permet de produire un budget stable. En rapport avec le patrimoine géré, les coûts opérationnels s’élèvent à 0,38%. La grande majorité des coûts annuels (environ 86%) couvrent la gestion opérationnelle de l’institution de pension : salaires du personnel, infrastructure informatique et coûts de divers services externes. Viennent ensuite les coûts des organes de gestion (8%) et les coûts de communication et marketing (6%).

Le risque d’augmentation future des coûts est principalement lié à l’implémentation et aux adaptations de la législation. Amonis met tout en œuvre pour gérer au plus efficacement cette situation.

Chiffres clés de l’année 2020

Premier Patrimoine

La solidarité

Les cotisations de solidarité destinées au financement des couverture de solidarité en 2020 s’élèvent à 7.949.678 euros (prélevées fin 2019).

Les prestations financées par le fonds, dont ont bénéficié 772 membres, totalisent 1.993.604 euros d’indemnités versées. L’ensemble des opérations effectuées en 2020 présente un résultat positif de 5.742.179 euros.

Pension de survie

En décembre 2020, 343 rentes mensuelles de survie (-3%) étaient financées par le fonds de solidarité pour un total de 986.356 euros (-3%). Ces rentes étaient réparties en 5% de rentes viagères et 95% de rentes à terme fixe.

16 de ces rentes ont pris cours en 2020 pour une provision totale de 652.795 euros et une intervention moyenne de 40.800 euros.

 

Prise en charge de la cotisation de pension en cas d’invalidité

Le fonds de solidarité a pris en charge le financement de la cotisation de pension de 178 membres (+1%) en 2020. Un total de 595.675 euros a été versé (-11%) pour une cotisation moyenne de 3.346 euros (-19%).

Indemnités de maternité

239 affiliées ont perçu les indemnités de maternité (-8%). Les indemnités forfaitaires se sont élevées à 118.885 euros (-0,1%), les cotisations versées sur le compte individuel à 256.435 euros (+3%).

Rente de dépendance

Douze membres pensionnés ont perçu une rente mensuelle de dépendance pour un montant total de 20.079 euros.
Le fonds de solidarité contribue annuellement aux frais de fonctionnement d’Amonis à concurrence de 5% des cotisations de solidarité plus 90 euros par dossier géré.

Pension Libre Complémentaire pour Indépendants2 PLCI

Nombre d’affiliés

Au 31 décembre 2020, Amonis comptait un total de 28.708 affiliés répartis en 27.411 affiliés en activité professionnelle et 1.297 affiliés bénéficiaires d’une rente de retraite ou de survie.

Le nombre d’affiliés montre une très légère diminution qui s’explique par 2 éléments. D’une part, la disposition légale imposant aux institutions de retraite professionnelle de clôturer les comptes des membres qui prennent leur pension légale implique un nombre plus important de prises de pensions et, par conséquent, un ralentissement dans la progression du nombre de membres. D’autre part, la pandémie a limité les nouvelles affiliations, en raison du manque de disponibilité des prestataires de soins accaparés par la crise sanitaire.

En 2020, 687 nouveaux affiliés sont devenus membres (-15%). Comme expliqué avant, cette diminution est à attribuer à la Covid-19. Certes, nous avons très vite remplacé les rendez-vous physiques par des vidéo conférences, mais un temps d’adaptation a été nécessaire. Par ailleurs, la lutte contre la maladie représentait la seule et unique priorité de la majorité des prestataires des soins.

Les réactivations de contrats s’élèvent à 466 (-6%). Il s’agit de membres qui ne cotisaient plus et qui ont repris leurs versements, soit par cotisations personnelles soit par avantages sociaux INAMI.

Encaissement

L’encaissement en PLCI (sociale et ordinaire) atteint un total de 38.532.344 euros, soit une diminution de 51% par rapport à l’année 2019.
Cette diminution n’est pas représentative d’une baisse des cotisations versées par les affiliés d’Amonis. Elle est principalement due à la digitalisation de la procédure d’obtention des avantages sociaux INAMI qui a entraîné un décalage d’un an dans les versements INAMI. La situation due à la Covid-19 a également induit une baisse des versements personnels de nos membres.
Plus de 80% des avantages sociaux INAMI ont subi un décalage d’un an en raison de la digitalisation, pour l’ensemble des professions concernées, des démarches de demande. En effet, sans document signé par lequel les membres s’engagent à placer leurs avantages sociaux à Amonis, Amonis ne comptabilise plus de « créance certaine pour les avantages sociaux INAMI », comme c’était le cas avant la digitalisation. Cela ne signifie pas que ces avantages sociaux n’ont pas été affectés à Amonis, mais qu’ils ne seront comptabilisés que lorsqu’ils seront effectivement versés par l’INAMI. De plus, pour les médecins et dentistes, un saut d’un an dans la procédure de demande a été introduit à l’occasion de la digitalisation.
Les cotisations versées personnellement ont, quant à elles, diminué de 1%, ceci très probablement en raison de la pandémie. Certains de nos membres ayant dû interrompre leur activité professionnelle durant les périodes de confinement, ont subi une baisse de leurs revenus professionnels.
La PLCI sociale – avec solidarité – reste le choix premier de nos membres. Les versements en PLCI ordinaire représentaient, à fin 2020, 1,5% du total des versements personnels des affiliés.
La contribution de la PLCI à la couverture des frais de gestion d’Amonis s’élève à 3% des cotisations versées.

Pensions de retraite et pensions de survie hors solidarité

Au 31 décembre 2020, 1.297 membres bénéficiaires d’une pension de retraite ou de survie percevaient une rente mensuelle Amonis : 542 rentes viagères (42%) et 755 rentes à terme fixe (58%). Parmi ces membres bénéficiaires, 224 continuaient à épargner sur un 2nd contrat au moyen de leurs avantages sociaux INAMI.

815 nouvelles pensions ont été prises en 2020, soit 4,5% de plus qu’en 2019, réparties en 781 pensions de retraite et 34 pensions de survie. Les effets de la loi liant la pension Amonis à la pension légale commencent à se résorber et le nombre de mises à la pension « obligées » diminue.

La préférence des nouveaux pensionnés va au capital : 91% contre 8% pour la rente à terme fixe et 1% pour la rente viagère.

Le montant total des pensions de retraite et de survie en dehors du système de solidarité versé en 2020 (versements de capitaux et de rentes mensuelles) s’élève à 99.587.760 euros. Ce total a augmenté de 21%, suivant la hausse du nombre de prises de pensions.

En moyenne, les membres d’Amonis prennent leur pension complémentaire à l’âge de 66 ans.

2 La Pension Libre Complémentaire pour Indépendants inclut aussi les avantages en pension et décès pour non indépendants, tel que défini à l’article 54 de la Loi relative à l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités coordonnée le 14 juillet 1994.

Pension Libre Complémentaire pour Indépendants Personne Physique (PLCIPP)

Ce produit de pension est aussi appelé Convention de Pension pour Travailleurs Indépendants (CPTI)

Nombre d’affiliés
Ce nouveau produit lancé en 2018 totalise 225 contrats, dont 50 souscrits en 2020.

Encaissement
L’encaissement en primes récurrentes pour 2020 s’élève à 2.973.957 euros, et 732.358 euros ont été versés en primes uniques de back service.

Revenu garanti en personne physique

Nombre d’affiliés
Nous enregistrons 4.351 contrats pour 3.882 membres affiliés. Certains membres détiennent plusieurs contrats en revenu garanti.

Encaissement
Le total brut des cotisations encaissées s’élève à 5.748.698 euros, soit une légère diminution par rapport à 2019. Un total de 5.402.715 euros est financé par des versements personnels (94%). Les avantages sociaux INAMI ne représentent que 6% de l’encaissement : 345.684 euros effectivement versés.

Frais
Les frais inclus dans les primes s’élèvent à 15 %.

Indemnités versées
Pour l’ensemble des contrats souscrits en personne physique, le total versé en indemnités journalières et indemnités de maternité s’élève à 4.564.491 euros.

Résultat technique
Le résultat technique 2020 après réassurance s’élève à 1.331.446 euros.

Résultat technique revenu garanti
Résultat reporté de l'exercice 20190,00
Créances ouvertes cotisations personnelles14.672,90
Créances ouvertes cotisations personnelles (débiteurs douteux)9.818,86
Créances ouvertes INAMI30.564,08
Dettes ouvertes (primes trop payées)-1.499,93
Taxes sur créances ouvertes-4.534,48
Paiement primes d'accouchement reçues du fonds de solidarité1.584,95
Primes brutes à recevoir pour 20199.591.684,66
Primes à recevoir cotisations personnelles9.570.786,85
Primes à recevoir INAMI17.468,12
Primes à recevoir cotisations personnelles (débiteurs douteux)3.429,69
Taxes-812.110,60
Primes brutes reçues en 20209.594.988,77
Primes reçues cotisations personnelles9.249.006,50
Primes reçues INAMI345.683,92
Primes à recevoir cotisations personnelles (débiteurs douteux)298,35
Taxes-800.359,54
Différence primes/créances cotisations personnelles321.780,35
Différence primes/créances INAMI-328.215,80
Différence primes/créances cotisations personnelles (débiteurs douteux)3.131,34
Variation créances cotisations personnelles-295.357,38
Variation créances cotisations personnelles (débiteurs douteux)-5.851,22
Variation créances INAMI299.863,97
Remboursement primes trop payées1.344,63
Chiffre d'affaires primes nettes 20208.796.214,18
Sinistres sans réassurance117.134,54
Variation réserve pour sinistres 1.339.323,59
Indemnités d’invalidité payées-1.080.095,40
Exonérations de primes -142.093,65
Solde après Sinistres sans réassurance8.913.348,72
Sinistres réassurés-6.686.616,33
Indemnités d’invalidité payées 2020-5.116.287,20
Indemnités d’accouchement payées 2020-1.584,95
Variation réserve pour sinistres après 2014-1.051.829,73
Variation réserve de vieillissement-516.914,44
Solde avant réassurance2.226.737,39
Intervention du réassureur6.686.616,33
Indemnités d’invalidité payées 20145.116.287,20
Indemnités d’accouchement payées 20201.584,95
Variation réserve pour sinistres1.051.829,73
Variation réserve de vieillissement516.914,44
Coût de réassurance-246.147,79
Prime de réassurance-6.333.479,94
Exonérations de primes179.785,12
Solde2.513.506,11
Variation réserve litiges juridiques2.478,94
Participation aux frais généraux-1.316.936,11
Résultat technique1.199.048,94
Affectation produits financiers716.442,90
Résultat technique après affectation produits financiers1.915.491,84

Deuxième patrimoine

Engagement Individuel de Pension

Nombre d’affiliés
Amonis a conclu 9 contrats EIP en 2020. Au 31 décembre 2020, un total de 66 contrats étaient signés.

Encaissement
L’encaissement se divise en deux parties:

  • les primes annuelles récurrentes : 497.714,81 euros,
  • les primes uniques pour financement de back-services : 349.296,60 euros,

Prises de pension
Nous n’avons encore enregistré aucune mise à la retraite en EIP, ce produit étant offert depuis fin 2015.

Frais
Les frais de gestion s’élèvent actuellement à 0,125% mensuellement de la Valeur Nette d’Inventaire des fonds sous-jacents et des frais d’entrée de 1% sont comptés sur chaque cotisation (à l’exception des transferts de réserves sur lesquels les frais ne sont pas appliqués).

ESG
La politique sera appliquée de façon transversale sur l’ensemble du portefeuille de la sicav.

Pour plus de détails, nous renvoyons au paragraphe ESG.

Revenu garanti en société

Nombre d’affiliés
Amonis compte 2.403 contrats par lesquels une société souscrit une couverture revenu garanti, pour 2.005 membres.

Encaissement
Un total de 3.846.291 euros de primes brutes a été encaissé pour le revenu garanti relatif au deuxième patrimoine.

Frais
Les frais inclus dans les primes s’élèvent à 15 %.

Indemnités versées
Des indemnités journalières et indemnités de maternité ont été versées pour un total de 1.633.477 euros. Cette partie du revenu garanti est réassurée de la même façon que la partie relative au premier patrimoine.

Résultat technique
Après réassurance, le revenu garanti relatif au deuxième patrimoine présente un résultat technique de 584.045,83 euros.

NL versie